Le Président de L’Union Sociale Démocratique et candidat à l’élection Présidentielle de 2019, Mr Isselmou Ould Hanefi, répond à la lettre des Sénateurs Américain adressée, à Madame Christine Lagarde, au sujet de l’octroi d’un prêt à la Mauritanie par le FMI

Dans une correspondance détaillée, qui sera publiée très prochainement, Mr Isselmou ould Hanefi, a fait usage de son droit de réponse à la lettre du 05 Mars 2018, adressée à Madame Christine Lagarde, par six Sénateurs Américains, Membres du Congrés, au sujet de l’octroi d’un prêt à la Mauritanie par le FMI.

Ce courrier a été transmis par voie administrative, ce matin à travers, L’Ambassade des Etats-Unis D’Amérique à Nouakchott. Ci-après, la synthèse de cette lettre en Français et en Anglais.

Honorables, Sénateurs, Membres du Congrés Fédéral Américain

Objet : Droit de réponse du Président de L’Union Sociale Démocratique Mr Isselmou Ould Hanefi, à votre lettre du 05 Mars 2018, adressée à Madame Christine Lagarde, au sujet de l’octroi d’un prêt à la Mauritanie par le FMI. Excellences,

Les États-Unis ont été le premier pays à reconnaître officiellement l’indépendance de la Mauritanie, le 28 novembre 1960. L’aide versée à la Mauritanie par le peuple américain, s’élève approximativement à $10.000.000 par an. Ceci exilique l’exemplarité de la coopération historique entre les deux Pays. Votre lettre est la première du genre, du point de vue idée : Objectif, démarche et nombre de signataires, émanant du congrès qui est réputé pour son souci de recherche de la vérité, argumentée et vérifiée où qu’elle se trouve. Après lecture attentive, j’ai déduit que cette initiative ne peut être qu’involontaire et innocente et puise sa source dans une insuffisante connaissance de notre peuple.

Car, elle porte plus de tort à un peuple pacifique, dont les problèmes ont été démesurément surévalués et surexploités qu’elle ne le fait à son Président qui semble être le principal visé. Votre insertion parmi les acteurs de ce cirque, dont le but est de détruire notre Pays, vient malheureusement compléter le maillon manquant de la chaine des ennemies de la Mauritanie. En écrivant de cette façon, je suis sûr que vous avez pensé agir pour l’intérêt du peuple mauritanien que vous ne connaissez qu’à travers les arguments, sur lesquels vous avez fondé votre décision. Le Fonds monétaire international (FMI) n’est pas une organisation humanitaire. La Mauritanie est l’un de ses meilleurs élèves et s’il lui a accordé un prêt c’est qu’elle a donnée satisfaction à ses conditions d’éligibilités.

Indépendante depuis 1960, la Mauritanie avait encore des problèmes d’esclavage, des droits de toutes sortes et aucun parlementaire ni officiel américain n’en a déjà évoqué le sujet de cette manière. C’est bien dommage que l’initiative de cette lettre soit prise en 2018, après plus de 30 ans d’exercices démocratiques, des avancées en matière de gouvernance et de droits humains reconnus par le gouvernement des Etats-Unis. La Mauritanie, a banni l’esclavage et l’a criminalisé.

Mais comme nous sommes dans un monde de communication ou les mauritaniens qui sont par essence un peuple nomade ne s’y connaissent pas, il est normal que ses ennemies occupe sans vergogne cet espace. C’est pourquoi, votre lettre ne trouvera aucune réponse, sauf ceux qui vous féliciterons pour l’avoir faite, parce que, cela, verse naturellement dans leur intérêt, qui est celui de vous motivé à l’écrire pour vous induire dans l’erreur. Le peuple mauritanien est suffisamment tyrannisé par des systèmes politiques dictatoriaux, peu soucieux de son intérêt et une société civile avide de profit, en quête d’opportunités à l’extérieur comme à l’intérieur du Pays où tout est permis y compris la recherche aveugle de la célébrité et de l’argent au mépris de loi et du vivre ensemble. Nos attentes de vous, en tant que représentants du peuple américain, est d’encourager votre gouvernement, le FMI et la Banque Mondiale à nous aider à relever les défis du sous-développement et la justice sociale. Plus d’informations et de propositions dans la lettre originale en annexe.

Isselmou Ould Hanefi
Président de L’Union Sociale Démocratique
Candidat à l’élection Présidentielle de 2019
Eminent activiste de la société civile

Thomas A. Garret,
Membre du Congrès
Jr. Mark Meadows
Membre du Congrès
Gus Bilirakis
Membre du Congrès
Scott Perry
Membre du Congrès
Jeff Duncan
Membre du Congrès
Lee Zeldin
Membre du Congrès

 

English :

Nouakchott on April 19th, 2018

Honorable Senators Of United States Congress

Subject: A President of the Social Democratic Union right of reply to your letter dated March 05th, 2018, addressed to Mrs. Christine Lagarde, about the granting of a loan to Mauritania by the IMF.

Dear Excellencies,

The United States was the first country to officially recognize Mauritania’s independence on November 28th, 1960. The aid paid to Mauritania by the American people is approximately $ 10.000.000 a year. This explains the exemplarity of historical cooperation between the two countries. Your letter is the first of its kind, from the point of view of idea: Objective, approach and number of signatories, emanating from the congress which is renowned for its concern to search for the truth, argumentation and verification wherever they are. After careful reading, I deduced that this initiative can only be unwilling, innocent and has its source in an insufficient knowledge of our people.

Because, it bears more harm to a peaceful people, whose problems have been excessively overvalued and overexploited than it does to its president who seems to be the main target. Your insertion among the actors of this circus, whose goal is to destroy our country, unfortunately comes to complete the missing link in the chain of enemies of Mauritania. In writing this way, I am sure that you thought you were acting for the interest of the Mauritanian people that you only know through the arguments on which you based your decision. The International Monetary Fund (IMF) is not a humanitarian organization. Mauritania is one of its best students and if it granted him a loan, it is because it has satisfied his conditions of eligibility.

Independent since 1960, Mauritania still had problems of slavery, rights of all kinds and no American parliamentarian or official has ever mentioned the subject in this way. It is unfortunate that the initiative of this letter is taken in 2018, after more than 30 years of democratic exercises, advances in governance and human rights recognized by the US government. Mauritania has banned slavery and criminalized it.

But as we are in a world of communication where Mauritanians who are in essence a nomadic people do not know it, it is normal that its enemies shamelessly occupy this space. That is why your letter will not find any answer, except those who will congratulate you for having done so, because that naturally pays in their interest, which is that you are motivated to write it to induce you in error. The Mauritanian people are sufficiently tyrannized by dictatorial political systems, not concerned with their interest and a profit-hungry civil society, seeking opportunities both outside and inside the country where everything is allowed including blind search celebrity and money in defiance of the law and living together. Our expectations about you, as representatives of the American people, are to encourage your government, the IMF and the World Bank to help us overcoming the challenges of underdevelopment and social justice. More information and proposals in the original letter attached.
Isselmou Ould Hanefi
President of the Social Democratic Union
Candidate for the 2019 Presidential Election
Eminent activist of civil society

Thomas A. Garret,
Congressman
Jr. Mark Meadows
Congressman
Gus Bilirakis
Congressman
Scott Perry
Congressman
Jeff Duncan
Congressman
Lee Zeldin
Congressman

A propos

Site web d'information et de communication de L'ONG SOS Abbere